Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 13:36

 Boukhara 5532

 

La madrasa Mir-i Arab depuis le minaret Kalân. 

 

Au carrefour de plusieurs routes marchandes, Boukhara, aujourd'hui en Ouzbékistan, a connu son premier âge d’or culturel sous le règne des Samanides (874-999), une dynastie iranienne. Disputée et dominée par plusieurs dynasties jusqu’au début du XIIIe siècle, elle est prise et ravagée par Gengis Khân et les Mongols en 1220. L’époque de Tamerlan et des Timouride n’a laissé que peu de traces dans la ville, à l’exception d’une madrasa construite en 1417-1420 par Ulugh Beg, petit-fils de Tamerlan, astronome et savant. C’est avec les Ouzbeks Sheybanides (1500-1598) que la ville, devenue capitale, connaît son second âge d’or : la plupart des monuments actuellement visibles datent de leur domination et de celle de leur successeur, les Jânides (1599-1747).

 

 

Boukhara 2682 

Mausolée des Samanides, construit vers 900. Inspiré des salles à coupoles iraniennes

de l’époque sassanide (224-651), il est le plus ancien mausolée

du monde musulman qui nous soit parvenu intact.

 

  Boukhara-6465.JPG 

Minaret Kalân. Construit en 1127, haut de 48 m, dominant la Grande mosquée de construction plus tardive, il a miraculeusement échappé aux destructions des Mongols.

 

 

Boukhara 6359

 

 Portail de la mosquée Magoki Attari, construite au XIIe siècle : elle est également l'un des rares monuments de la ville épargnés par la déferlante mongole du XIIIe siècle. 

 

  Boukhara 5499   

La Grande mosquée (remaniée et décorée au XVIe siècle), construite selon le plan persan (avec une grande cour rectangulaire, bordée de quatre iwans et d’une salle à coupole  marquant l’orientation vers La Mecque). 

 

 

 

Boukhara 5375 

Madrasa Mir-i Arab, construite en 1535-1536 en face de la Grande mosquée.

  

      

Boukhara 6399

 

Coupole de la mosquée du khânaqâh Khodja Zayn al-Din, construite au XVIe siècle. 

 

  

Boukhara 6639

 

Mur de la qibla de la mosquée Baland, construite au début du XVIe siècle. 

 

 

Boukhara 2649

 

Khânaqâh ou “couvent” de derviches, employé pour des rituels collectifs et des retraites spirituelles. Il fait partie de l’ensemble Lâb-i Havuz, qui comprend trois édifices disposés autour d’un bassin : la madrasa Kükeltâsh (1578-1579), le kânaqâh et un caravansérail converti en madrasa, tous deux construits par le ministre Nâdir Divân Begi (1619-1623).

   

 

Boukhara 2627

 

La madrasa de Nâdir Divân Begi (1619-1623), faisant partie de l'ensemble Lâb-i Havuz.



 Boukhara 6581

 

Salle à coupole de la madrasa Abd al-Aziz Khan, construite en 1651-1652.

 

  Boukhara 2730

 

Plafond en bois peint du portique à colonnes de la mosquée Bâlâ Havuz. Construite en 1712, restaurée au début des années 2000, elle domine un bassin et se situe en face de l’entrée de la citadelle.

 

 Boukhara-2858.JPG

  

Châr Minar. Cette entrée monumentale originale, avec quatre minarets décoratifs, est le vestige d’une madrasa disparue (Khalifa Niyâz Quli), édifiée en 1807.

 

 

Boukhara 5125

 

La coupole marchande dite "des changeurs", reconstruite à l'identique au début du XXe siècle. 

 

 

Boukhara 5323

 

Maison Fayzulla Khudjaev (XIXe siècle). Elle appartenait à Fayzulla Khudjaev (1896-1938), un riche marchand devenu figure importante du Parti Communiste ouzbek.

Elle mêle une architecture locale (iwan, cour intérieure bordée des pièces d’habitation,

décors d’alvéoles ou muqarnas) à des influences décoratives russes.

 

 

 Boukhara 5252

 

   Porte restaurée des anciennes murailles de Boukhara.

  

  Boukhara-2754.JPG

 

L'entrée de la citadelle. Ses enceintes ont été fortement restaurées, et l'intérieur ne conserve que quelques parties intéressantes, principalement une mosquée et une cour de réception.  

 

 

Bibliographie

 

Pierre Chuvin, Samarcande – Boukhara – Khiva, Paris, Flammarion, 2001.

 

Anette Gangler / Heinz Gaube / Attilio Petruccioli, Bukhara. The Eastern dome of Islam, Stuttgart / London, Edition Axel Menges, 2004.

 

Thierry Zarcone, Boukhara l'interdite, 1830-1888 : l'Occident moderne à la conquête d'une légende, Paris, Autrement, 1997.

 

 

Photographie : Patrick Ringgenberg.

  

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • : Articles, documents, images, liens et bibliographies sur la culture iranienne et informations autour et au-delà du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • Contact

Voyages en Iran

 


L'Iran des Religions : du zoroastrisme aux soufis

26 septembre au 15 octobre 2015

A la croisée des routes reliant le Proche et l’Extrême-Orient, l’Iran a accueilli plusieurs religions sur son sol : le mazdéisme, transformé par Zarathoustra, le manichéisme, dont les diverses influences ont atteint l’Occident et la Chine, le judaïsme, qui a conservé plusieurs souvenirs de l’histoire antique de la Perse, le mithriacisme ou culte de Mithra, qui devint la religion des légions romaines, le nestorianisme, et le christianisme arménien, qui a fait de l’Arménie le premier État chrétien. Dès l’époque musulmane, l’Iran est devenu la terre des soufis et d’une extraordinaire floraison de la philosophie platonicienne et mystique. Au XVIe siècle, le chiisme, proclamé religion officielle, fit de l’Iran un monde à part dans l’Islam. Ce voyage exceptionnel vous invite à visiter les principaux sites sacrés qui ont façonné l’Iran des religions, de la ziggurat des Élamites au sanctuaire de l’Imam Rezâ à Mashhad, en passant par les présences subtiles du soufisme et les feux pérennes des zoroastriens.

TEHERAN – SUSE – CHOGHA ZANBIL – SHIRAZ – PERSEPOLIS – YAZD – ISPAHAN – KASHAN – TABRIZ – DJOLFA – MASHHAD  - BASTAM – DAMGHAN – QOM  (17 jours)

 

Voyage accompagné par Patrick Ringgenberg

 

Renseignements / inscriptions : Rediscoveriran.com

 

 


L’Iran du nord-ouest : à la croisée des cultures et des civilisations

30 mai au 14 juin 2015

Moins connu que l’Iran du centre, l’Iran occidental est pourtant d’une grande richesse et diversité : églises arméniennes, vestiges antiques (ourartéens, sassanides), forteresses imprenables, témoignages précieux et spectaculaires des Mongols et des Turcomans. Ce voyage permet de découvrir des jalons historiques majeurs dans cette zone de partage entre plusieurs cultures (arménienne, turque, persane), au long d’un itinéraire allant des magnifiques paysages d’Azerbaïdjan à Téhéran.  

TABRIZ – ORUMIYEH – MAKU – MARAGHEH – TAKHT-E SULEYMAN – ARDABIL – ZANDJAN   –SOLTANIYEH – QAZVIN – ALAMUT – TÉHÉRAN  (16 JOURS)


Voyage accompagné par Patrick Ringgenberg

 

Renseignements / inscriptions : Rediscoveriran.com

Rechercher