Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 10:22
Retrouvez cet article et d'autres sur D'un Orient l'autre

     

Iran-panorama-des-provinces 2568

La tour Azadi. Téhéran. 

 

Téhéran et Qom

Capitale depuis 1786, Téhéran est une ville moderne immense (env. 13’000’000 d’habitants), polluée et trépidante. Elle est le miroir d’un Iran complexe, mélange parfois paradoxal de nationalisme, d’influences occidentales, de traditions, de religion et de modernité. De fondation ancienne, bâtie au pied des monts Alborz, elle a conservé peu de monuments du passé: le palais du Golestân, le Grand Bazar, la mosquée Imam Khomeyni ou la madrasa Sepahsâlâr datent du XIXe s. De l’époque Pahlavi, on peut voir les anciens palais (Sa’d Abâd et Niâvarân) et la fameuse Tour Azâdi. Téhéran possède surtout des musées remarquables: le Musée National (arts d’époque préislamique et islamique), le Musée Rezâ Abbâsi, le Musée des Joyaux (collection de gemmes et d’objets précieux de la royauté iranienne), le Musée du Tapis. Au sud de Téhéran, des sites intéressants (mosquées, mausolées) se trouvent à Rey et à Varâmin. Voisine de la province de Téhéran, Qom est une ville religieuse, connue pour ses madrasas et ses théologiens, et pour le tombeau de Fatima, sœur du VIIIe Imam chiite.     

 

  

Iran-panorama-des-provinces 0426

 La mosquée Lotfollâh. Isfahan.

 

Le centre de l’Iran

Trois provinces sont les plus visitées: les provinces d’Isfahan (Esfahân), du Fârs et de Yazd.

La province d’Isfahan est, culturellement, la plus riche du pays. Deux fois capitale, sous les Seldjoukides et les Safavides, Isfahan conserve des monuments innombrables, méritant un séjour de plusieurs jours. L’ancienne mosquée du Vendredi, construite et décorée entre le XIe et le XVIIe s., est le centre de l’ancienne cité seldjoukide. Au début du XVIIe s., le roi Abbâs Ier développa la ville, en faisant construire une immense place rectangulaire (Naqhsh-e Djahân), bordée par une splendide mosquée Royale, une mosquée privée (Lotfollâh), un palais (Ali Qâpu) et le portail d’entrée du bazar. Une avenue (Chahâr Bâgh), conçue comme une image du paradis, était bordée par des jardins à la persane (des canaux en croix délimitant quatre espaces d’arbres et de fleurs) et par des palais, dont on peut voir encore deux exemples: le Hasht Behesht et le Chehel Sotun. La rivière d’Isfahan, le Zâyendeh Rud, est enjambée par plusieurs ponts safavides et bordée d’espaces verts, lieux de rencontres et de détente privilégiés des habitants. Plusieurs églises du XVIIe s. témoignent de l’importance de la communauté arménienne. La ville d’Isfahan, ainsi que ses proches environs, sont encore riches de nombreux mausolées, mosquées, minarets, maisons traditionnelles, caravansérails, de l’époque seldjoukide, safavide ou qâdjâre. Parmi les autres sites de la province, on peut citer Kâshân, avec ses belles maisons qâdjâres et son jardin safavide, Nâ’in, avec son ancienne mosquée du Vendredi et ses quartiers traditionnels, Natanz, avec une mosquée, un mausolée et un «couvent» de derviches, Ardestân et Zavâreh, qui conservent les plus anciennes mosquées de plan persan, et le village traditionnel d’Abyâneh, de fondation sassanide.    

  Iran-panorama-des-provinces 3621

 Naqsh-e Rostam.

 

La province du Fârs est une autre région incontournable de tout voyage. Connue pour ses poètes (Sa’di et Hâfez y sont enterrés), Shirâz, sa capitale, conserve un centre historique (citadelle, mosquées, sanctuaire, bazar, palais, maisons) de l’époque Zand et qâdjâre. Berceau des Achéménides et des Sassanides, la province détient des vestiges archéologiques majeurs: les palais achéménides de Pasargades (avec la tombe de Cyrus le Grand) et surtout de Persépolis, les mieux préservés. Le site de Naqsh-e Rostam possède des reliefs élamites, des tombeaux royaux achéménides et des bas-reliefs sassanides. De nombreux vestiges datent de l’époque sassanide : deux cités avec des palais et des temples (la ville circulaire de Firuzâbâd, et celle, mieux préservée, de Bishâpur), des palais (Qal’eh-ye Dokhtar, Sarvestân), des temples du feu zoroastriens disséminés dans la province, des bas-reliefs royaux taillés dans la roche (Naqsh-e Rostam, Naqsh-e Radjab, Bishâpur). 

  

Iran-panorama-des-provinces 4319

Mosquée du Vendredi. Yazd.

 

La province de Yazd conserve de nombreux témoignages cultuels des zoroastriens: un grand temple du feu et des tours du silence (les cadavres y étaient dévorés par les rapaces) à Yazd, des lieux de pèlerinage (Chak Chak, Pir-e Nâraki) dispersés dans la province. A Yazd, on peut voir une splendide moquée du Vendredi, plusieurs mausolées (Rokn od-Din, des Douze Imams, etc.), une partie d’un tekiyeh ou théâtre religieux (portail Amir Chaqmâq), un ancien bazar, un palais et des jardins du XVIIIe s. (Dowlatâbâd), des maisons qâdjâres surmontées de tours d’aération, et plusieurs citernes. La province comprend d’autres sites intéressants : la cité d’Abarkuh, avec une mosquée du Vendredi, des mausolées et une maison qâdjâre, l’ancienne mosquée de Fahradj, la citadelle et les anciens quartiers de Meybod.

 

 

 img165

La mosquée Bleue. Tabriz. 

 

L’ouest de l’Iran

La province d’Azerbaïdjan occidental comprend le plus grand lac salé d’Iran (Orumiyeh), et plusieurs sites archéologiques: le site de Tapeh Hasanlu, une ancienne cité d’Urartu (Bâstâm), et un important sanctuaire sacré sassanide (Takht-e Suleymân). La province d’Azerbaïdjan oriental est plus riche: Tabriz, sa capitale, se visite surtout pour sa mosquée Bleue, le parc Elgoli, son bazar. Dans la province, on peut voir un village troglodyte (Kandovân), la forteresse de Bâbak (Kaleybar), plusieurs églises arméniennes (les monastères de saint Thaddée et de Saint Stephanos), et la ville de Marâgheh, célèbre pour ses mausolées et un observatoire astronomique – détruit – du XIIIe s.

La province d’Ardabil abrite, dans sa capitale, le splendide complexe funéraire des Safavides, dynastie de soufis devenus rois au XVIe s. Plutôt réputée pour ses paysages, la province de Kordestân conserve, dans sa capitale Sanandadj, une mosquée du Vendredi et plusieurs maisons de l’époque qâdjâre. Le monument le plus important de la province de Zandjân est l’imposant mausolée de Soltâniyeh (début du XIV e s.), principal vestige mongol d’Iran. Qazvin, capitale de la province du même nom, comprend plusieurs monuments safavides ou qâdjârs (mosquées, maisons, palais, portes de ville). La province conserve les restes du château d’Alamut (repère de la secte des «Assassins») et deux importantes tours funéraires (Kharaqân). La province de Kermânshâh est surtout appréciée pour ses sites préislamiques: les bas-reliefs sassanides de Tâq-e Bostân, le site de Bisutun (avec un relief achéménide), le temple ou palais de Kangâvar, les tombes «mèdes» creusées dans les falaises, et les plus anciens reliefs rupestres de l’Iran (Sar-e Pol-e Zahâb). Hamadân conserve des vestiges de l’antique Ecbatane, le mausolée juif d’Esther, des mausolées, plusieurs édifices qâdjârs, et une inscription achéménide (Gandj Nâmeh). Dans la province, on peut voir la forteresse mède de Nush-i Djân et la grotte naturelle d’Ali Sadr. Si sa capitale, Arak, conserve quelques monuments qâdjârs (hammam, mosquée), la province de Markazi abrite surtout l’ancienne mosquée de Sâveh. La province de Lorestân est connue pour l’ancien château de sa capitale, Khorramâbâd, et pour les vestiges de plusieurs ponts sassanides.

Bordée par l’Irak, riche en pétrole, la province du Khuzestân conserve plusieurs sites préislamiques majeurs : Suse, l’une des plus anciennes villes de l’humanité (5000 ans d’histoire), la ziggurat de Choqâ Zanbil, le vestige le plus impressionnant de la période élamite, les tombes royales élamites de Haft Tapeh, plusieurs bas-reliefs rupestres de l’époque élamite ou parthe (Izeh, Tang-e Sarvak), les restes – souvent pauvres – de sanctuaires parthes (Masdjed-e Suleymân) et de cités sassanides (Djond-e Shâpur, Iwân-e Karkheh). Shushtar et Dezful conservent chacune une ancienne mosquée du Vendredi, des restes de ponts d’époque sassanide, et des moulins actionnés par l’eau (Shushtar).

Moins riches en monuments, les provinces d’Ilâm, de Chahârmahâl va Bakhtiyâri et de Kohgiluyeh va Boyrâhmad se visitent surtout pour leurs paysages.    

 

 

Iran-panorama-des-provinces 2647

 Le mausolée de l'Imam Reza. Mashhad.

 

L’est de l’Iran

Outre les monuments de sa capitale (mosquée, madrasa, bazar, hammam), et plusieurs caravansérails le long des routes, la province de Semnân accueille deux sites importants: la cité de Dâmqân, avec une ancienne mosquée de plan arabe et des mausolées, et le complexe funéraire de Bistâm, dédié à un soufi du IXe s.   

Divisée en trois parties, la province du Khorâsân fut une région importante dans l’histoire et la culture iraniennes. Sa capitale, Mashhad, abrite le mausolée du VIIIe Imam chiite (Imam Rezâ), principal centre de pèlerinage du pays, et plusieurs mausolées. De nombreux monuments sont dispersés dans la province: le «palais Khorshid» construit par Nâder Shâh à Kalât, plusieurs mausolées de soufis (à Sarakhs, Torbat-e Djâm, Tâybâd, Torbat-e Heydariyeh), des tours funéraires mongoles ou timourides (Akhengân, Kâshmar, Râdkân), des minarets isolés (Sabzevâr, Karat), une madrasa timouride à Khargerd, un mausolée et un minaret du XIe s. à Sangbast. Plusieurs poètes sont enterrés dans la province: Ferdowsi à Tus, Attâr et Khayyâm à Neyshâbur. Au sud, Birdjand et ses alentours comptent plusieurs sites d’intérêt. Kermân, capitale de la province du même nom, est connue pour son ancien bazar, ses hammams (safavides ou qâdjârs), sa mosquée du Vendredi fondée au XIV e s. et plusieurs mausolées. Dans la province, Mâhân conserve un magnifique jardin du XIXe s., et le complexe funéraire de Ni’mat Allâh Vali, soufi du XIV e-XV e s. Un site majeur est l’ancienne cité de Bam, construite en pisé et en briques, vieille d’au moins 2000 ans, mais détruite par un tremblement de terre en 2003. La province est aussi riche de plusieurs sites archéologiques importants (Tapeh Yahya, Djiroft). La province du Sistân va Baluchestân détient plusieurs sites archéologiques (des cités d’époques néolithique et achéménide) et de nombreuses forteresses qâdjâres, mais, occasionnellement dangereuse, elle se visite très peu. 

 

 

Page-7.jpg

 La province de Mâzandarân.

 

Le long de la mer Caspienne

Entre les monts Alborz et la Caspienne, les provinces du Gilân, du Mâzandarân et du Golestân sont couvertes de forêts, de champs et de rizières. Lieu de villégiature, la côte est une sorte de «riviera» iranienne, ponctuée de villes touristiques (Râmsar). On peut voir de nombreuses tours funéraires, datant du XIe au XVe s., comme à Gonbad-e Qâbus, Sâri ou Raskat, plusieurs forteresses (Rud Khân), et un célèbre village traditionnel (Mâsuleh).

 

 

Iran-panorama-des-provinces-2368.JPG

 Le bateau grec. Ile de Kish.

 

Les provinces du golfe Persique

Les villes côtières, comme Bandar-e Abbâs, ne possèdent que peu de monuments: Bushehr et Bandar-e Lengeh conservent des maisons qâdjâres, et Châhbahâr un mausolée. Une ancienne cité, Sirâf, se trouve à Bandar-e Taheri. Plusieurs îles peuvent se visiter: Kish, dédiée aux loisirs et au «shopping», Qeshm, qui conserve quelques vestiges archéologiques et historiques, et Hormoz, ancienne colonie commerciale portugaise. 

 

 

Photographies : Patrick Ringgenberg

Partager cet article

Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans L'héritage culturel de l'Iran
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • : Articles, documents, images, liens et bibliographies sur la culture iranienne et informations autour et au-delà du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • Contact

Voyages en Iran

 


L'Iran des Religions : du zoroastrisme aux soufis

26 septembre au 15 octobre 2015

A la croisée des routes reliant le Proche et l’Extrême-Orient, l’Iran a accueilli plusieurs religions sur son sol : le mazdéisme, transformé par Zarathoustra, le manichéisme, dont les diverses influences ont atteint l’Occident et la Chine, le judaïsme, qui a conservé plusieurs souvenirs de l’histoire antique de la Perse, le mithriacisme ou culte de Mithra, qui devint la religion des légions romaines, le nestorianisme, et le christianisme arménien, qui a fait de l’Arménie le premier État chrétien. Dès l’époque musulmane, l’Iran est devenu la terre des soufis et d’une extraordinaire floraison de la philosophie platonicienne et mystique. Au XVIe siècle, le chiisme, proclamé religion officielle, fit de l’Iran un monde à part dans l’Islam. Ce voyage exceptionnel vous invite à visiter les principaux sites sacrés qui ont façonné l’Iran des religions, de la ziggurat des Élamites au sanctuaire de l’Imam Rezâ à Mashhad, en passant par les présences subtiles du soufisme et les feux pérennes des zoroastriens.

TEHERAN – SUSE – CHOGHA ZANBIL – SHIRAZ – PERSEPOLIS – YAZD – ISPAHAN – KASHAN – TABRIZ – DJOLFA – MASHHAD  - BASTAM – DAMGHAN – QOM  (17 jours)

 

Voyage accompagné par Patrick Ringgenberg

 

Renseignements / inscriptions : Rediscoveriran.com

 

 


L’Iran du nord-ouest : à la croisée des cultures et des civilisations

30 mai au 14 juin 2015

Moins connu que l’Iran du centre, l’Iran occidental est pourtant d’une grande richesse et diversité : églises arméniennes, vestiges antiques (ourartéens, sassanides), forteresses imprenables, témoignages précieux et spectaculaires des Mongols et des Turcomans. Ce voyage permet de découvrir des jalons historiques majeurs dans cette zone de partage entre plusieurs cultures (arménienne, turque, persane), au long d’un itinéraire allant des magnifiques paysages d’Azerbaïdjan à Téhéran.  

TABRIZ – ORUMIYEH – MAKU – MARAGHEH – TAKHT-E SULEYMAN – ARDABIL – ZANDJAN   –SOLTANIYEH – QAZVIN – ALAMUT – TÉHÉRAN  (16 JOURS)


Voyage accompagné par Patrick Ringgenberg

 

Renseignements / inscriptions : Rediscoveriran.com

Rechercher