Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 08:26

 

Ce blog est en train de déménager sur

 

D'un Orient l'autre 

 

 

 

Guide culturel de l'Iran - parution de la 3e édition

 
Le Guide culutrel de l'Iran, 3e édition (2015), est à présent disponible sur Amazon.fr

 

 

La 3e édition du Guide culturel de l’Iran a paru à Téhéran. En Iran même, il est largement disponible dans les lieux touristiques (Kâshân, Ispahan, Shirâz), dans certaines librairies d'hôtels, dans les librairies importantes (Shahr-e ketâb = Book City). En Suisse, le livre sera distribué prochainement par Servidis. En France, la distribution devrait se mettre en place d’ici l’été.


Comment reconnaître la 3e édition ? Un bandeau « 3e édition » se trouve sur la couverture, et contrairement aux deux éditions précédentes, le code-barres est imprimé en quatrième de couverture.


Ce qui change par rapport à la deuxième édition ? Si le volume de pages et la mise en page restent identiques, la 3e édition comporte plusieurs modifications dans l’iconographie, des corrections plus ou moins significatives, des ajouts ponctuels de sites et de monuments, une bibliographie mise à jour.


Pour toute information : patrickringgenberg[a]gmail.com 

 

Repost 0
Published by guidecultureldeliran
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 00:02

Le mihrab dit d’Uldjâitu fut créé en 1310. Sculpté dans le plâtre, autrefois peint, il est l’un des plus beaux mihrabs de ce type, d’une virtuosité technique et d’un raffinement esthétique remarquable. Il se trouve aujourd’hui dans une salle de la mosquée du Vendredi d’Ispahan, située à côté de l’iwan ouest.

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1213

 

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1223

 

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1240

 

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1191

 

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1193

 

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1197

 

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1190

 

 

 

Mihrab-d-Uljaitu 1977

 

Photographies : Patrick Ringgenberg


Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Architecture iranienne
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 14:15

Palais-Chehel-Sotun 0091

 

Construit au XVIIe siècle, le palais de Chehel Sotun (« Quarante colonnes ») est l’un des rares palais qui subsistent de l’Ispahan des Safavides. Entouré d’un jardin, dominant un long bassin, ce palais comprend un grand portique, au toit et aux colonnes de bois, plusieurs petites salles et une grande salle voûtée réservée aux réceptions. Les murs extérieurs et intérieurs sont décorés de peintures murales. Dans la salle de réception, des peintures représentent des femmes, des couples, des musiciens et des buveurs sur les murs inférieurs, à hauteur d’homme (fig. 1-6). Au-dessus, six grandes peintures murales datent du XVIIe siècle (les peintures aux extrémités gauche et droite : fig. 8-11) ou de la toute fin du XVIIIe qâdjâr (les deux peintures de bataille centrales : fig. 12 et 13). Sur les murs extérieurs du palais, des ambassadeurs et des personnalités européens ont été représentés par deux peintres hollandais sous Shâh Abbâs II (fig. 14-17).

 

 

Les peintures de la salle de réception

 

Peintures des murs inférieurs

 

Palais-Chehel-Sotun 9804

  Fig. 1

 

 

Palais-Chehel-Sotun 0008

  Fig. 2

 

 

Palais-Chehel-Sotun 9782

  Fig. 3

 

 

Palais-Chehel-Sotun 9958

  Fig. 4

 

 

Palais-Chehel-Sotun 9786

Fig. 5

 

 

Palais-Chehel-Sotun 9787

Fig. 6

 

 

Peintures des murs supérieurs


Palais-Chehel-Sotun 9910

  Fig. 8

Le Safavide Shâh Abbâs Ier (1587-1629) reçoit

Wali Muhammad Khân, roi ouzbek du Turkestan.

 

 

Palais-Chehel-Sotun 9767

  Fig. 9

Shâh Ismail Ier, fondateur des Safavides, vainc les Ouzbeks.

 

 

Palais-Chehel-Sotun 0045

  Fig. 10

Le Safavide Shâh Abbâs II (1642-1666) accueille

un ambassadeur ouzbek.

 

 

Palais-Chehel-Sotun 9848

Fig. 11 

Shâh Tahmasp Ier reçoit à sa cour le roi moghol

Humâyun, fils de Bâbur, chassé de l’Inde en 1543


 

Palais-Chehel-Sotun 9875

  Fig. 12

Shâh Ismail Ier vainc les troupes ottomanes à la bataille de Chalderân.

 

 

Palais-Chehel-Sotun 9838

  Fig. 13

Nâder Shâh vainc, en Inde, le roi moghol Muhammad en 1739.

 

 

Peintures des murs extérieurs

 

Palais-Chehel-Sotun 0243

Fig. 14

 

 

Palais-Chehel-Sotun 0204

  Fig. 15

 

 

Palais-Chehel-Sotun 0162

  Fig. 16

 

 

Palais-Chehel-Sotun 0136

Fig. 17

 

Photographies : Patrick Ringgenberg

Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Peinture persane
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 13:06

 

Ferdowsi 0671

 

A environ vingt kilomètre de Mashhad, le mausolée du poète Ferdowi à Tus est l’un des lieux de visite favoris des Iraniens de passage à Mashhad. Au XIXe siècle, pourtant, la tombe du poète fut peu à peu oubliée et l’édicule qui la marquait, dans les ruines de l’ancienne cité de Tus, disparut. Le voyageur anglais James Baillie Fraser visita les vestiges de Tus en 1822 et écrivit (Narrative of a Journey into Khorasân, in the Years 1821 and 1822) :

 

À une courte distance du portail d’entrée se dresse un dôme orné de carreaux vernissés, si petit que je pensai d’abord qu’il devait former une partie d’une maison privée. Ce dôme couvre la poussière de Ferdowsi, poète célébré, qui après le traitement indigne qu’il reçut de Shah Mahmood Ghisnavee, se retira ici pour mourir. 

 

Après sa visite de Tus plus de trois décennies plus tard, en 1858, le prince russe Nicolas de Khanikoff nota (« Méched, la ville sainte, et son territoire », 1861) :

 

De tous les monuments publics qui ornaient jadis cette ville célèbre, il ne reste debout qu’une tour qui en défendait l’entrée du côté du sud et une grande mosquée cathédrale placée au centre de Tous, et dont la vaste coupole commence à se fendiller et menace ruine. Même le tombeau du poëte Firdousi [Ferdowsi], l’Homère de la Perse, n’est plus connu que par tradition, car maintenant rien ne marque l’emplacement de sa sépulture. À l’endroit où était la petite chapelle, érigée en sa mémoire et visitée encore par Fraser, j’ai trouvé un champ ensemencé de blé, mais l’indifférence de ses concitoyens à l’égard de ses cendres n’empêchera pas que ses œuvres immortelles ne durent aussi longtemps  que la belle langue qu’il a su mettre au service de son génie, et les quarante mille vers harmonieux et pleins d’énergie qu’il a légués à sa patrie entretiendront parmi les Persans le glorieux souvenir de l’époque héroïque de leur passé.

 

Après sa visite de Tus en 1907, le professeur américain Abraham Valentine Williams Jackson publia une photographie (From Constantinople to the Home of Omar Khayyam, 1911), avec la légende : « Notre guide montrant le lieu supposé de la tombe de Ferdowsi ».

 

 

Tus Jackson img954

 

 

C’est entre 1928 et 1934, à la faveur du renouveau nationaliste suscité par l’avènement de Rezâ Shâh Pahlavi, que l’on construisit un mausolée pour le poète épique.

 

 

Ferdowsi 0565

 

 

Situé dans un jardin, le monument – un cube sur un socle à escalier – s’inspire du tombeau de Cyrus le Grand, le fondateur de l’empire achéménide au VIe siècle avant notre ère, enterré à Pasargades (province du Fârs). Les côtés du cube sont ornés de vers du Livre des rois et de décors – chapiteaux, représentations d’un homme au centre d’un disque ailé – inspiré de Persépolis. Une immense crypte, au centre de laquelle se trouve le cénotaphe du poète, fut créée dans les années 1960 : ses murs sont ornés de longues scènes sculptées représentant des épisodes et personnages célèbres de l’épopée.


 

Ferdowsi 0997

 

 

 

Ferdowsi 0850

 

 

Bibliographie

 

A. Shahpur Shahbazi, « Ferdowsî. iii. Mausoleum », in Encyclopaedia Iranica, vol. IX, 1999, p. 524-527

 

Photographies : Patrick Ringgenberg

Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Livre des rois de Ferdowsi
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 11:01

 Palais-du-Golestan 5796

 

 

À l’époque qâdjâre (1779-1925), le décor architectural fut beaucoup influencé par la peinture européenne, par ses thèmes comme par son esthétique. Dans l’un des édifices du palais du Golestân à Téhéran, l’Emârat-e Bâdgir (XIXe siècle), des paysages, des monuments, des nus et des natures mortes, peints dans un style occidental, ornent les murs, au milieu d’un décor – classique pour l’époque – de miroirs.

 

 

Palais-du-Golestan 5694

 

 

 

Palais-du-Golestan 5890

 

 

 

Palais-du-Golestan 5736

 

 

 

Palais-du-Golestan 5737

 

 

 

Palais-du-Golestan 5741

 

 

 

Palais-du-Golestan 5744

 

 

 

Palais-du-Golestan 6009

 

 

 

Palais-du-Golestan 5903

 

 

 

Palais-du-Golestan 5910

 

 

 

Palais-du-Golestan 5932

 

 

 

Palais-du-Golestan 6025

 

 

 

Palais-du-Golestan 6027

 

Photographies : Patrick Ringgenberg

Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Peinture persane
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 11:48

 

Le film est en persan, sous-titré en français.

 

 

 


 

 
Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Cinéma
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 11:12

 

  LXVIIIi

 

Le tapis d'Ardabil, Iran, 1839-40.

Victoria and Albert Museum, Londres.

 

 

Trois musées offrent sur leur site une documentation exceptionnelle sur l'art iranien. À travers la fonction "Search the collections", il est possible d'accéder à la majeure partie des pièces, exposées ou non. Chaque objet est généralement illustré d'une ou de plusieurs photographies et d'une notice plus ou moins complète.

 

Le Metropolitan Museum of Art   

 

Le British Museum

 

Le Victoria and Albert Museum

Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Musées
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 10:49

 

L'écriture kufi sur manuscrit et sur céramique.

 

 


 

 

 

 

Une exposition de Seyyed Vahid Jazayeri à Téhéran en 2012.

La vidéo est en persan et sous-titrée en anglais.

 

 


 
Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Calligraphie
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 10:22

 

Le texte ci-dessous est une préface, écrite en 2012 pour un ouvrage d'un calligraphe contemporain, Seyyed Vahid Jazayeri, à paraître prochainement à Téhéran, en version anglaise et persane.

 

 

  Calligraphie 3946

 

Coran en écriture kufi, attribué (légendairement) à l'Imam Ali.

Musée des Corans d'Âstân-e Qods-e Razavi, Mashhad.

 

 

PREFACE

 

Le livre de Seyyed Vahid Jazayeri est unique à plus d’un titre. Il l’est d’abord par l’exposé d’une thèse, la démonstration d’une découverte faite en 1993. En taillant différemment la pointe du calame de roseau, l’auteur parvint à retrouver une manière d’écrire les lettres angulaires propres à l’une des premières écritures dites kufi. Né de cette découverte, son ouvrage est aussi exceptionnel pour sa volonté de donne une vie nouvelle à un type d’écriture angulaire qui, dans la pratique manuscrite, a cédé sa place aux écritures cursives depuis plusieurs siècles. Il constitue enfin, en son genre, une contribution aux études codicologiques. La calligraphie musulmane en général et le kufi en particulier n’ont pas fait, jusqu’alors, et malgré les efforts de nombreux savants, l’objet d’études aussi développées ou d’avancées aussi probantes que pour l’architecture ou la peinture sur livre.[1]

 

 

 

Ecrire la beauté

 

La calligraphie revêt une place centrale en islam.[2] Non seulement comme support de transmission et de mémoire, mais également comme perception de la réalité, comme science symbolique, et comme approche contemplative des réalités divines. Fondé sur un livre divinement révélé, l’islam a donné à l’écriture des corans, et de manière générale à la langue arabe, un prestige et une signification qui ont rayonné sur tous les arts et tous les aspects majeurs de la foi et de la culture.[3] Le Coran lui-même évoque à plusieurs reprises le calame,[4] sacralisant l’acte d’écrire et faisant de l’écriture une vocation spécifique de l’homme. De nombreux auteurs et courants mystiques ont développé une science des lettres, cherchant à découvrir dans le Coran et dans les formes et les valeurs numériques des lettres des réalités ésotériques et métaphysiques.[5]

Dans le monde iranien aussi bien que turc, la spiritualité et la conception cosmologique et mystique attachées à l’art d’écrire sont bien exprimées par les traités ou les préfaces d’albums dédiés aux calligraphes et aux peintres.[6] Dieu est volontiers conçu comme le calligraphe suprême qui a écrit et enluminé l’univers, si bien que le calligraphe s’inscrit dans le livre du monde et participe à l’écriture du destin et à l’embellissement du monde. En rattachant leur art à Ali, quatrième calife des sunnites et premier Imam des chiites, les calligraphes se rattachent par là même à une filiation spirituelle : Ali, porte d’accès à la connaissance du Prophète, est le maître de l’ésotérisme, et la figure spirituelle immuable d’une connaissance mystique, transformante et unifiante.

Les outils du calligraphe, et en particulier le calame et l’encrier, ont fait l’objet de nombreuses herméneutiques spirituelles et philosophiques.[7]  Pour les lettrés et les mystiques, le calame a symbolisé l’Intellect universel, première émanation de Dieu rédigeant le destin des mondes sur la Table gardée, alors que l’encrier a été comparé à la fontaine contenant l’Eau de la Vie, évoquée par Nezâmi dans son Eskandar-nâma (590/1194). La forme du calame est visuellement et symboliquement en correspondance avec des notions et des motifs cardinaux dans la culture musulmane : la lettre alif (symbolisant l’Intellect premier, la stature et la fonction de l’homme), la droiture de l’homme (signe de sa position centrale et dominante dans le cosmos : voir Coran 2, 30), le cyprès (métaphore de la beauté dans la poésie persane), ou encore le minaret (relais de l’appel à Dieu). La mise en forme de l’écriture dans les codex est un art de la lisibilité et de la clarté, mais elle exprime plus fondamentalement un ordre de la pensée et une harmonie de l’âme. Des premiers corans[8] aux manuscrits tardifs,[9] les artistes ont employé des mesures géométriques pour régler l’écriture et l’ordonner dans la page. Or, la géométrie et les nombres, à la lumière des doctrines pythagoriciennes et platoniciennes héritées par l’islam, sont également une manière d’organiser la réalité et sa compréhension. La géométrie spirituelle de la calligraphie apparaît comme une musique métaphysique. Les encriers royaux, décorés de motifs cosmologiques et royaux, témoignent de l’importance également politique de la calligraphie.[10] C’est non seulement par l’épée – dont la forme ressemble au calame –, mais aussi et surtout par la plume que le souverain ordonne, instaure la justice, gère un royaume, écrit sa propre histoire.

 

 

 

Le kufi

 

Dans l’histoire de la calligraphique musulmane, le kufi fut le premier style employé pour copier le Coran. Le terme générique de « kufi » a été critiqué dans des études universitaires récentes, car il recouvre en fait une grande variété d’écritures employées à la fin de l’époque omeyade et au début de l’époque abbasside. On préfère aujourd’hui utiliser le terme de hijâzî ou, pour les œuvres du 2e/8e et surtout du 3e/9e siècle, de « early Abbassid scripts »[11], bien que le terme de kufi puisse être employé pour désigner, non une écriture spécifique, mais un type général d’écritures angulaires.[12]  Au 10e siècle, notamment à la suite de la réforme de l’écriture par le vizir et calligraphe Ibn Muqla (mort en 328/940), le kufi fut peu à peu remplacé par l’écriture cursive (naskh) pour la copie des corans.[13] Toutefois, l’écriture angulaire, à la géométrie plus ou moins marquée, continua d’être utilisée dans le décor architectural, notamment dans les monuments fatimides du Caire[14] et dans le décor bannâ’i développé à l’époque timouride en Iran et en Asie centrale.[15]

Par son origine, le kufi a un prestige unique. Il fut, pendant les trois premiers siècles de l’islam, l’écriture propre du Coran. Il est donc visuellement attaché à la révélation de Dieu, à la première diffusion du Coran dans le monde, et à la fondation même de la civilisation musulmane.[16] Le kufi est une écriture ample et majestueuse, mais difficile à déchiffrer et lente à écrire, au contraire du naskh aux lettres moins denses et épaisses et d’un style plus lisible et plus rapide à écrire. De ce fait, le kufi possède des caractéristiques visuelles que l’on peut estimer particulièrement appropriées aux qualités du livre révélé au Prophète. Le Coran, par son contenu et sa langue, possède, sur un plan exotérique et ésotérique, une majesté, une densité et une présence rayonnante. De façon analogue, l’écriture angulaire détient une majesté visuelle unique, qui combine l’épanouissement ample de la ligne à la densité des lettres, et qui donc impressionne par son ampleur et donne en même temps un sentiment d’intériorité et de concentration. Dans le décor architectural, la beauté des versets coraniques ou des noms sacrés (Allâh, Muhammad, Ali, etc.) écrits en écriture kufiques, s’impose immédiatement comme symbole de puissance, d’immutabilité et de noblesse. Aujourd’hui encore, le kufi détient une aura multiple : il rappelle l’origine même de l’islam, il témoigne du fondement de l’art musulman d’écrire, et il incarne la majesté continue et inviolable du Coran.     

 

 

Calligraphier, ici et maintenant

 

Pourquoi pratiquer la calligraphie aujourd’hui, alors que l’imprimerie s’est imposée partout, et pourquoi écrire le kufi, encore très présent dans l’architecture mais quasiment disparu des livres ?

On pourrait évoquer le goût de la belle écriture, l’amour d’une tradition lettrée, ou encore une conscience esthétique nationale. Contrairement à la Turquie moderne, qui a adopté l’alphabet latin, l’Iran moderne a conservé l’alphabet arabe et a ainsi perpétué un style et une sensibilité visuels étroitement liés à son identité et à son histoire. Si des foyers de calligraphie et des maîtres calligraphes existent partout dans le monde musulman,[17] l’Iran demeure un lieu privilégié de l’art d’écrire.[18] Sans enracinement profond, toutefois, la pratique calligraphique contemporaine, et surtout l’écriture d’un style ancien, risque de n’être qu’une survivance superficielle, un esthétisme nostalgique, voire un « revival » archéologique. Or, comme d’autres arts inscrits dans la texture la plus profonde de la culture (notamment la musique et la poésie), la calligraphie est comme un arbre : elle enracine, relie ciel et terre, épouse la vie des cycles cosmiques et humains. S’il fut et est un métier, l’art de la belle écriture est surtout un art complet, engageant l’homme dans son corps, son âme et son esprit, et inscrivant le calligraphe dans un tissu complexe de significations culturelles et religieuses. Il y aurait d’ailleurs à faire une comparaison entre les traditions calligraphiques d’Islam et celles de Chine, où la pratique calligraphique est également intimement liée à des valeurs sociales et spirituelles.[19]      

Art du geste, la calligraphie est un art du corps et du mouvement, et ses exigences ne sont pas si éloignées de l’art du musicien.[20] Subtilité, force, intensité, vie, ampleur, sûreté, régularité, ... : ces qualités de l’écriture exigent une harmonie physique, et celle-ci est solidaire d’une âme équilibrée, centrée sur son essence, en harmonie avec son espace existentiel. L’écriture est également le style d’une civilisation : marque d’adab, elle sert la qualité de la pensée et la clarté de la conscience, et constitue une offrande de beauté à quiconque sait non seulement lire, mais regarder et contempler. Ecrire, c’est consigner la vérité en beauté, et donc contribuer au bon ordre et à l’épanouissement du monde. Ecrire, c’est aussi créer ce monde miniature, interlocuteur de la solitude et trésor caché, qu’est le livre. Bien écrire les textes coraniques est du reste une exigence religieuse, car quelle que soit la forme de l’écriture, la parole divine doit se révéler dans toute sa gloire et dans son évidence de transcendance.

En Islam, c’est la mystique qui a ouvert aux calligraphes les dimensions les plus essentielles de l’écriture et des textes. En purifiant l’âme, la spiritualité apaise le corps, et ouvre le cœur aux intuitions les plus profondes, aux sentiments les plus purs et cristallins ; elle prédispose aussi l’homme aux hâl, à ces états spirituels qui prêtent aux musiciens comme aux calligraphes un don et une créativité qui les dépassent. Dans la calligraphie du Coran, l’acte même d’écrire est une réminiscence de Dieu : le Coran est un appel à Dieu, si bien que toute écriture d’une parole coranique place l’homme dans le flux vivant de la Parole et dans la présence de Dieu. Si l’homme est fragile, dit le Coran (38, 71-72), il est aussi le lieutenant de Dieu sur terre (Coran 2, 30) et Adam apprit de Dieu tous les noms (Coran 2, 31). Le don de la parole et de l’écrit sont les signes les plus manifestes de cette précellence de l’homme dans la création. Dans cette perspective, la calligraphie, en particulier du Coran, est la voie musulmane par excellence pour comprendre le monde, se rapprocher de Dieu, et vivre, au plus près de son principe, la vocation de l’homme sur terre.

On comprendra donc que le livre de Seyyed Vahid Jazayeri est un manuel d’apprentissage autant qu’un livre de contemplation ; une invitation à retrouver un style de beauté autant qu’un style de vie et de pensée. Son livre témoigne ainsi d’une conception de l’art que l’évolution occidentale et moderne de la culture a souvent oublié ou brisé : une conception, pour laquelle il doit y avoir une harmonie entre l’art, la société, la vie et la spiritualité, et selon laquelle l’art doit servir, approfondir et même réaliser l’unité spirituelle de l’homme.    

 

 

 



[1] François Déroche and al., Islamic Codicology. An Introduction to the Study of Manuscripts in Arabic Script, translated by Deke Dusinberre and David Radzinowicz, edited by Muhammad Isa Waley, London, Al-Furqân Islamic Heritage Foundation, 2005.

[2] Sheila S. Blair, Islamic Calligraphy, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2007 and Sheila S. Blair, Islamic Inscriptions, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1998.

[3] Fahmida Suleman (ed.), Word of God, Art of Man. The Qur’an and its Creative Expressions, Oxford, Oxford University Press, 2007.

[4] Qur’ân 68, 1 et 96, 4.

[5] Pierre Lory, La science des lettres en islam, Paris, Dervy, 2004 ; Jean Canteins, Miroir de la Shahâda, Paris, Maisonneuve & Larose, 1990.

[6] calligraphers and Painters. A Treatise by Qâdi Ahmad, Son of Mîr-Munshî [Gulistân-i honar], translated by V. Minorsky, Washington, Freer Gallery of Art, 1959 ; Thackston, W. M., Album Prefaces and Other Documents on the History of Calligraphers and Painters, Leiden, Brill, 2001 ; Mustafa ‘Âli’s Epic Deeds of Artists, edited, translated and commented by Esra Akın-Kıvanç, Leiden / Boston, Brill, 2011.

[7] Annemarie Schimmel, Calligraphy and Islamic Culture, London, I. B. Tauris, 1990.

[8] Alain Fouad George, “The Geometry of the Qur’an of Amajur: A Preliminary Study of Proportion in Early Arabic Calligraphy”, Muqarnas, 20, 2003, pp. 1-15.

[9] Yves Porter, “La réglure (mastar): de la « formule d'atelier » aux jeux de l'esprit”, Studia Islamica, 96, 2003, pp. 55-74.

[10] A. S. Melikian-Chirvani, “State Inkwells in Islamic Iran”, The Journal of the Walters Art Gallery, 44, 1986, pp. 70-94.

[11] François Déroche and al., Islamic Codicology, p. 216.

[12]  Adam Gacek, Arabic Manuscripts. A Vademecum for Readers, Leiden / Boston, Brill, 2009, p. 138.

[13] David James, The Master Scribes : Qurʾans of the 10th to 14th Centuries, New York / London / Oxford, The Nour Foundation / Azimuth / Oxford University Press, 1992.

[14] Irene Bierman, Writing Signs. The Fatimid Public Text, Berkeley, University of California Press, 1998.

[15] Lisa Golombek / Donald Wilber, The Timurid Architecture of Iran and Turan, 2 vol., Princeton, Princeton University Press, 1988.

[16] François Déroche, The Abbasid Tradition : Qur’ans of the 8th to the 10th Centuries AD, New York / London / Oxford, The Nour Foundation / Azimuth / Oxford University Press, 1992.

[17] Hassan Massoudy, Calligraphie arabe vivante, Paris, Flammarion, 1999 ; Abdel Ghani Alani, L’écriture de l’écriture. Traité de calligraphie arabo-musulmane, Paris, Dervy, 2002.

[18] Maryam Ekhtiar, “Practice Makes Perfect: The Art of Calligraphy Exercises (Siyāh Mashq) in Iran”, Muqarnas, 23, 2006, pp. 107-130.

[19] Jean-François Billeter, Essai sur l’art chinois de l’écriture et ses fondements, Paris, Allia, 2010. 

[20] Jean During, “Hand made. Pour une anthropologie du geste musical”, Cahiers de musiques traditionnelles, 14, 2001, pp. 39-60.

Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Calligraphie
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 09:57

 

Qom 1280 - Copie

 

 

Après Mashhad, qui accueille la tombe du VIIIe Imam Rezâ, Qom est la deuxième ville sainte d'Iran. Elle accueille le mausolée de Fâtemeh al-Ma'sumeh, soeur de l'Imam Rezâ, qui mourut dans la ville en 816. Comme à Mashhad, le tombeau de Fâtemeh devint un lieu de pèlerinage à l'importance croissante, et la ville de Qom est aujourd'hui une cité d'études religieuses à l'influence considérable. Les édifices qui composent le mausolée ont été agrandi, embelli et rénové au cours des siècles et remontent pour l’essentiel aux Safavides (XVIe-XVIIe siècle) et au roi qâdjâr Fath Ali Shâh (1797-1834).

 

Le site ArchNet propose plusieurs documents en libre accès sur le mausolée et son histoire architecturale : cliquez ici.

 

Le film ci-dessous rend bien compte de l'atmosphère de ce lieu de pèlerinage.

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by guidecultureldeliran - dans Qom
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • : Articles, documents, images, liens et bibliographies sur la culture iranienne et informations autour et au-delà du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
  • Contact

Voyages en Iran

 


L'Iran des Religions : du zoroastrisme aux soufis

26 septembre au 15 octobre 2015

A la croisée des routes reliant le Proche et l’Extrême-Orient, l’Iran a accueilli plusieurs religions sur son sol : le mazdéisme, transformé par Zarathoustra, le manichéisme, dont les diverses influences ont atteint l’Occident et la Chine, le judaïsme, qui a conservé plusieurs souvenirs de l’histoire antique de la Perse, le mithriacisme ou culte de Mithra, qui devint la religion des légions romaines, le nestorianisme, et le christianisme arménien, qui a fait de l’Arménie le premier État chrétien. Dès l’époque musulmane, l’Iran est devenu la terre des soufis et d’une extraordinaire floraison de la philosophie platonicienne et mystique. Au XVIe siècle, le chiisme, proclamé religion officielle, fit de l’Iran un monde à part dans l’Islam. Ce voyage exceptionnel vous invite à visiter les principaux sites sacrés qui ont façonné l’Iran des religions, de la ziggurat des Élamites au sanctuaire de l’Imam Rezâ à Mashhad, en passant par les présences subtiles du soufisme et les feux pérennes des zoroastriens.

TEHERAN – SUSE – CHOGHA ZANBIL – SHIRAZ – PERSEPOLIS – YAZD – ISPAHAN – KASHAN – TABRIZ – DJOLFA – MASHHAD  - BASTAM – DAMGHAN – QOM  (17 jours)

 

Voyage accompagné par Patrick Ringgenberg

 

Renseignements / inscriptions : Rediscoveriran.com

 

 


L’Iran du nord-ouest : à la croisée des cultures et des civilisations

30 mai au 14 juin 2015

Moins connu que l’Iran du centre, l’Iran occidental est pourtant d’une grande richesse et diversité : églises arméniennes, vestiges antiques (ourartéens, sassanides), forteresses imprenables, témoignages précieux et spectaculaires des Mongols et des Turcomans. Ce voyage permet de découvrir des jalons historiques majeurs dans cette zone de partage entre plusieurs cultures (arménienne, turque, persane), au long d’un itinéraire allant des magnifiques paysages d’Azerbaïdjan à Téhéran.  

TABRIZ – ORUMIYEH – MAKU – MARAGHEH – TAKHT-E SULEYMAN – ARDABIL – ZANDJAN   –SOLTANIYEH – QAZVIN – ALAMUT – TÉHÉRAN  (16 JOURS)


Voyage accompagné par Patrick Ringgenberg

 

Renseignements / inscriptions : Rediscoveriran.com

Rechercher